Notre mission :

Les Antennes de paix se proposent de

· capter et relayer les appels de populations aux prises avec des situations de violence et d’injustice, génératrices de conflits destructeurs voire meurtriers;

· faire mieux connaître les initiatives des artisanes et artisans de paix essentielles au devenir de ces communautés humaines : www.prixdupublicpaix.org

· utiliser les nouveaux médias pour contribuer à mieux faire connaître et aimer l’ensemble des peuples et des êtres humains :http://antennesdepaix.org/
et
www.24365p.org



1 mars 2012

Échos de la Table Ronde : « Le sport, école de Paix? »

Tout comme les deux experts invités à partager leur expérience, Pierre Prudhomme, membre du Carrefour foi et spiritualité, a ouvert la soirée du 12 mars 2012 en évoquant les défis inhérents à son travail d’entraîneur sportif, pendant sept ans. Les apprentissages vont de la coordination physique à la concentration, requièrent la confiance en soi et dans les co-équipiers, le sens du travail en équipe, la capacité de se confronter à une autre équipe dans le but de gagner, savoir se parler pour résoudre des conflits, etc. Tous ces apprentissages à travers le sport sont liés à des valeurs humaines, au vivre ensenble.

Jean-Sébastien Vallée travaille depuis plusieurs années au développement de programme d’éducation aux droits par le jeu chez les enfants (6-12 ans) et les adolescents (13-17) au sein du programme canadien de l’ONG ÉQUITAS. Les activités proposées insistent sur les valeurs inhérentes aux droits humains telles que la coopération, le respect, le partage, la concentration dans la pratique des jeux. Ce type de programme requiert une bonne dose de créativité pour adapter des jeux tels que la chaise musicale, cache-cache, etc. de manière à engager le dialogue sur l’expérience vécue dans le jeu. Les jeux étant fréquemment orientés vers l’exclusion des joueurs, les enfants apprennent même à modifier certains jeux pour qu’ils se transforment en jeux coopératifs et inclusifs, ce qui rejoint d’ailleurs leurs préférences. Le même programme est offert dans une quinzaine de villes au Canada, dans des pays du monde arabe (Moyen-Orient) et en Haïti, sur des terrains de jeux ou dans des camps d’été.

Aimable Ndejuru, riche de sa longue expérience de formateur des éducateurs sportifs et organisateur de tournois dans son pays d’origine, le Rwanda, et au Québec, a entraîné l’auditoire dans une profonde réflexion sur la nature du jeu, du sport et de la paix, et sur le processus qui peut les mener l’un vers l’autre. C’est par le jeu, en faisant bouger leur corps, que les humains trouvent leur espace physique dans le monde. En même temps que par les règles mises en place, des jeux deviennent des sports, la tension entre la liberté du jeu et les contraintes des règles imposées dans le sport offrent un contexte pour se mesurer avec les tensions qui existent dans la société (Exemple : en Afrique du Sud, le sport a renversé l’apartheid). Il a conclu sa réflexion en proposant que « la culture est un jeu de création et d’acceptation des contraintes et des consignes pour vivre en paix ».

Les propositions de Jean-Sébastien Vallée sur des pratiques concrètes d’éducation aux droits humains par le jeu, suivies des réflexions stimulantes d’Aimable Ndejuru sur le sport et la paix ont suscité l’intérêt et soulevé des questions des participants à cette soirée organisée par Antennes de paix Montréal /Pax Christi avec la collaboration du Carrefour foi et spiritualité à Bordeaux-Cartierville.