Notre mission :

Les Antennes de paix se proposent de

· capter et relayer les appels de populations aux prises avec des situations de violence et d’injustice, génératrices de conflits destructeurs voire meurtriers;

· faire mieux connaître les initiatives des artisanes et artisans de paix essentielles au devenir de ces communautés humaines : www.prixdupublicpaix.org

· utiliser les nouveaux médias pour contribuer à mieux faire connaître et aimer l’ensemble des peuples et des êtres humains :http://antennesdepaix.org/
et
www.24365p.org



29 décembre 2010

Débat urgent sur les options militaires

Le 22 décembre 2010

Hon. Peter MacKay

Ministre de la Défense nationale

Ottawa, ON, K1A 0A6

M. le Ministre,

Depuis quelques années l’engagement militaire de notre pays a été surtout en lien avec l’OTAN en Afghanistan. Alors qu’on annonce une fin (partielle) de cet engagement, le Parlement du Canada devrait entreprendre un débat public sur l’avenir de nos engagements militaires. C’est un enjeu d’une haute importance qui engage le Canada au plan national et international. C’est pourquoi nous avons organisé, le 3 décembre 2010, une soirée d’échanges qui a suscité l’intérêt des personnes présentes préoccupées par la paix et la solidarité entre les peuples.

Nous estimons, en effet, que cette question de l’avenir de la politique du Canada en matière de sécurité et de promotion de la paix dans le monde mérite un débat ouvert et transparent qui permettrait à tous les Canadiens et Canadiennes d’entendre l’opinion de leurs élus. Un débat impliquant toutes les formations politiques permettrait surtout de voir plus clairement quelle sera l’option entre une participation accrue à l’OTAN et une priorité au Programme de maintien de la paix de l’ONU.

D’une part, nous savons que l’OTAN est devenue une force de sécurité importante dans le monde avec une capacité militaire opérationnelle considérable puisqu’elle compte sur un arsenal énorme et sur la participation de pays disposant d’une structure militaire moderne et même sophistiquée.

D’autre part, nous apprenons par des recherches sérieuses que le Programme de maintien de la paix des Nations unies s’attire de plus en plus de confiance et de prestige de la part des populations civiles et des gouvernements des pays qui ont eu recours à ce type d’assistance. La demande pour la présence des Casques bleus croît depuis quelques années d’une façon importante, alors que la participation du Canada à ce programme a diminué substantiellement, surtout en personnel disponible qui ne compterait même pas 200 personnes.

Nous attendons de vous, monsieur le Ministre, une réponse claire à notre proposition de tenir un débat public et nous serons à l’écoute de tout signe qui nous révélera les prises de position du Gouvernement en ce domaine qui touche directement les enjeux de la paix et de la sécurité.

Recevez nos voeux de Paix en cette saison de Noël et du Nouvel An.

Gisèle Turcot

Secrétaire de Pax Christi Montréal (Antennes de paix)

C.c. au Leader du Parti Libéral, du NPD et du Bloc québécois

P.j. lettres signées par nos invités à la soirée du 3 décembre 2010

21 décembre 2010

Joyeux Noël à toutes et à tous !


Bethlehem, Tuesday 20/12/2010: The Arab Educational Institute holding a Nativity scene in front of the Separation Wall and the military watchtower near Rachel’s Tomb in northern Bethlehem, Palestine. Left the shepherd and a donkey. On the watchtower is written: “Once a Teacher of Human Rights was born.” During the occasion, the girl standing in the grotto sang “Silent Night, Holy Night”, while the women’s choir of the Arab Educational Institute performed Christmas and national songs.

The celebration was attended by some 150 civilians, including the mayor of Bethlehem, delegates of the Palestinian Ministry of Education in Ramallah and Bethlehem, dozens of Palestinian teachers and representatives of churches and mosques also from the Bethlehem and Ramallah areas. There were further a visiting group of IKV Pax Christi (a peace movement from the Netherlands), and human rights observers of the Ecumenical Accompaniment Program for Peace in Palestine and Israel (EAPPI).

Prayers for peace were pronounced that had been coming in through a Christmas appeal to send wishes and prayers to Bethlehem - an initiative of Pax Christi, the Palestine Israel Ecumenical Forum of the World Council of Churches, Church and Peace, the International Fellowship of Reconciliation, the Presidency of the Conference of European Justice and Peace Commissions, the Asian Center for the Progress of Peoples, and the Commission for Justice, Peace and Integrity of Creation USG/UISG Secretariat.

The scene preceded an occasion of the Arab Educational Institute in which Human Rights Day (Jesus as human rights activist), Teacher’s Day (Jesus as teacher), and Christmas were jointly celebrated with speeches of dignitaries, readings from the Bible and Koran, and Moslem and Christian poetry.

6 décembre 2010

Message pour l'annivérsaire du Polytechnique

Un communiqué qui date d'un an mais qui vault encore en ce jour:

COMMUNIQUÉ
Les armes et la violence envers les femmes : une liaison dangereuse

Montréal, le 5 décembre 2009

- Le groupe de travail sur le trafic des armes d'Antennes de paix
Montréal veut appuyer toute activité visant à contrer la violence faite aux femmes, en particulier la violence commise en faisant usage des armes. Tragiquement, notre société continue à manifester un profond rejet des femmes. On en voit l'évidence dans les multiples formes d'injustice qui persistent malgré des années de travail en faveur de l'égalité des femmes. Les fondements psychologiques de ce phénomène sont complexes et il faudra encore bien des années d'effort pour les modifier.

L'expression la plus dévastatrice et tragique de ce rejet des femmes se trouve dans la violence qui tue ou qui vise à tuer. À Montréal, les querelles conjugales demeurent une constante. Des femmes sont battues à mort. Quand ils possèdent des armes, dans des excès de rage, les abuseurs les utilisent pour tuer des femmes qui ne peuvent se défendre. Ces gestes sont illégaux, bien sûr, mais, ils causent aussi un tort terrible aux individus et à la société.

En tant qu'organisation associée à Pax Christi International, Antennes de paix Montréal s'oppose fermement à tout acte d'abus et de violence qui menace ou tue la personne humaine et qui nie
ainsi l'inviolabilité de la vie.

Mettre fin à la culture de la violence
La prolifération des armes dans notre société révèle une culture de violence. Des conflits peuvent être trop facilement « résolus » par un recours aux armes. Des personnes déséquilibrées sur le plan psychologique ont trop facilement accès à des moyens violents pour
exprimer leur peur et leur colère. La présence des armes et la menace de les utiliser génèrent la peur et l'insécurité dans notre société.

Un somme démesurée d'énergie sert à gérer cette peur, une énergie qui pourrait être orientée vers la création de moyens pour résoudre des conflits et construire une culture de la non violence.

Les femmes savent très bien ce que c'est que de vivre avec l'insécurité et la menace. Leur liberté est quotidiennement limitée : elles ne peuvent décider où elles voudraient aller, ni quand elles
voudraient sortir, etc. À mesure que croît la présence des armes, même les endroits normalement considérés comme étant sûrs, tels les lieux de formation intellectuelle ou de culte, peuvent à tout moment devenir des endroits d'horreur et de mort. C'est inacceptable dans la
société canadienne!

Alors qu'on se souvient des tristes événements du 6 décembre 1989, il est aussi important de se rappeler les multiples actes de violence contre les femmes qui ne comportent pas l'usage d'armes à feu. Les femmes victimes d'abus montrent clairement qu'elles sont plus souvent
violées par des paroles qui engendrent la honte et l'humiliation, par l'abus et le contrôle sexuels, par le contrôle et la domination psychologiques, par l'exclusion des postes d'égalité, par la
négation des possibilités d'éducation, etc., etc.

Tous cela doit être considéré comme étant de la violence. Ces gestes tuent l'esprit, ils causent des blessures profondes chez la personne
humaine.La mort violente est inacceptable comme l'est une vie diminuée, profondément blessée par des gestes de violence gratuite.

Maintenir le registre des armes
Le 6 décembre 1989 a déclenché à travers le monde une volonté ferme d'apporter des changements dans notre culture de violence, en particulier la violence faite aux femmes. Ici, au Canada, cela a donné lieu à un mouvement pour le contrôle des armes à feu et des efforts ont été déployés pour renforcer les lois canadiennes sur le contrôle des armes à feu. En 1995, on a voté la loi canadienne sur les armes à feu et ce fut un monument à la mémoire des victimes du
massacre de l'École polytechnique. Les familles de ces victimes ont activement participé à ce mouvement. D'une certaine façon, elles se sont senties réconfortées par la création du registre des armes à feu utilisé à tous les niveaux par la police. Ces familles, et d'autres à travers le Canada qui appuient le contrôle des armes à feu, sont profondément préoccupées de constater que ce travail ardu est maintenant menacé par ceux qui veulent affaiblir ou éliminer le registre des armes à feu.

Le groupe de travail sur le trafic des armes d'Antennes de paix Montréal croit que notre société canadienne doit continuer à réfléchir sur l'énorme danger que constitue pour tous, et en
particulier pour les femmes, la possibilité d'acheter des armes à feu sans restriction ni imputabilité. On encourage tous les citoyens et citoyennes qui partagent une préoccupation semblable à communiquer à leur député leur volonté de voir renforcé le registre des armes à feu.

L'appel de Mme Suzanne Laplante-Edward, mère de la victime Anne-Marie Edward qui est morte le 6 décembre 1989, s'adresse à tous et à toutes : aidez-moi à maintenir vivant l'héritage de nos filles.

Mary Ellen Francoeur
en collaboration avec
Richard Renshaw, coordonnateur
Groupe de travail sur le trafic des armes
antennesdepaix@gmail.com

18 novembre 2010

Pax Christi Montréal s'interroge sur un (im)possible retour aux missions de paix

Quelle sera la contribution du Canada aux missions de paix des
Nations unies dans le contexte du maintien des Forces canadiennes
aux côtés de l’OTAN en Afghanistan? Une conversation sur les options disponibles pour l'avenir des militaires canadiens.

Membres et amis sont invités à rencontrer un témoin d’expérience

M. Richard Saint-Louis, major à la retraite, ancien casque bleu

le vendredi soir 3 décembre 2010 à 19h30
au 8789, rue Berri, Montréal,
à quelques pas de la station de métro Crémazie, sortie Nord
- entrée côté jardin

En savoir plus :
Un document de Jocelyn Coulon :
http://www.cdfai.org/PDF/Whatever%20Happened%20to%0Peacekeeping%20The%20Future%20of%20a%20Tradition%2-%20French.pdf
Un document des forces canadiennes:
http://www.journal.forces.gc.ca/vo6/no4/views-vues-01-fra.asp
Un document de l'ONU:
http://www.un.org/fr/peacekeeping/

5 novembre 2010

Un Sommet contre la guerre et le militarisme


Le Collectif Échec à la guerre (http://echecalaguerre.org), une coalition d’organismes dont Pax Christi Montréal est membre, organise un Sommet populaire contre la guerre et le militarisme, qui se tiendra à Montréal du 19 au 21 novembre 2010, et y convie les organisations de la société civile québécoise ainsi que tous les citoyennes et les citoyens préoccupés par ces enjeux. Les principaux sujets traités seront : le virage militariste de la politique étrangère canadienne, les dépenses militaires et le commerce des armes, les femmes et la guerre, le droit international mis à mal au Conseil de sécurité de l’ONU. En préparation au Sommet, le Collectif a publié quatre brochures sur les thèmes qui seront traités au Sommet. Pour télécharger ces brochures, le programme de cet événement et l’inscription au Sommet, visiter le site http://echecalaguerre.org;

28 octobre 2010

INVITATION : Documentaire de PATRICE RODRIGUEZ


INVITATION : Documentaire de PATRICE RODRIGUEZ (2005)

Tourné en Argentine, au Brésil et au Québec

INVITATION

aux membres et amiEs de Pax Christi Montréal (Antennes de paix)

le vendredi soir 5 novembre 2010, à 19h30

au 8789, rue Berri, Montréal

à quelques pas du métro Crémazie, sortie Nord

Nous voulons réfléchir ensemble sur l’exclusion sociale

à partir des paroles et des actions concrètes des excluEs

ici et ailleurs.

Seront avec nous pour partager leur expérience

PATRICE RODRIGUEZ

réalisateur et fondateur de l’organisme Parole d’excluEs

et

CAROLE LÉGER

Animatrice à L’Accorderie de Montréal-Nord

Pour une meilleure organisation, confirmer votre présence à antennesdepaix@gmail.com

ou par téléphone à Pax Christi : 514-389-1300

27 octobre 2010

Un Sommet contre la guerre et le militarisme à Montréal

Le Collectif Échec à la guerre, une coalition d’organismes dont Pax Christi Montréal est membre, organise un Sommet populaire contre la guerre et le militarisme, qui se tiendra à Montréal du 19 au 21 novembre 2010, et y convie les organisations de la société civile québécoise ainsi que tous les citoyennes et les citoyens préoccupés par ces enjeux. Les principaux sujets traités seront : le virage militariste de la politique étrangère canadienne, les dépenses militaires et le commerce des armes, les femmes et la guerre, le droit international mis à mal au Conseil de sécurité de l’ONU. En préparation au Sommet, le Collectif a publié quatre brochures sur les thèmes qui seront traités au Sommet. Pour télécharger ces brochures, le programme de cet événement et l’inscription au Sommet, visiter le site http://echecalaguerre.org;

L’une des rencontres publiques préparatoires au Sommet, qui a eu lieu à Montréal le 20 octobre 2010, a réuni à une même table Raymond Legault, porte-parole du Collectif, Rachad Antonius, spécialiste du Moyen-Orient et Gisèle Turcot, de Pax Christi Montréal, qui a traité des effets de la guerre du point de vue des femmes. Pour mieux connaître la participation de Pax Christi Montréal au Collectif et au Sommet, contacter le délégué Richard Renshaw rwrenshaw@sympatico.ca

1 octobre 2010

La foi: est-elle nécessaire pour vivre? - par Gilles Pilette

Le 28 septembre dernier, je participais à un débat intitulé « La foi est-elle nécessaire pour vivre ? » avec Claude Braun, professeur au département de psychologie de l’UQUAM et auteur de « Québec athée, aux Éditions Michel Brûlé 2010 et Raynald Valois, professeur retraité de la faculté de philosophie de l’Université Laval et auteur de « Un Dieu sans nom» Éditions du Jour 2010. Ce débat était animé par Marie-André Lamontagne, éditrice et animatrice.
À la lumière des interventions des invités et du public, j’ai constaté que cette question divise profondément les croyants et les non croyants. Comme le dit si bien ma collègue Gisèle Turcot, présente elle-aussi à ce débat : « pourquoi ces humanistes sentent-ils autant le besoin de se positionner contre la religion catholique, pourquoi faire le procès de la religion en invoquant d’ailleurs la plupart du temps des sujets dépassés et traités avec un certain anachronisme ?»
De plus, je crois qu’il aurait été pertinent de savoir si au-delà de ces positions nous pouvions ensemble nous engager pour l’avenir de la planète, pour la justice , les droits de l’homme, le climat, etc., sans oublier l’avenir de nos enfants et nos petits enfants.
Il y a là à mon avis, des obligations qui dépassent nos luttes intestines.
En disant cela, j’ai en tête la lecture du livre de Ursula King, théologienne de l’Université de Bristol et auteure du livre « La quête spirituelle à l’heure de la mondialisation » Éditions Bellarmin 2010.
Les défis nous obligent à relever nos manches pour la promotion du développement humain. Le dialogue doit être séculier et religieux en même temps. C’est un travail en commun, sans chercher à imposer sa doctrine ou « sa vérité », sans chercher à recenser les malheurs du passé ou à porter des jugements sur le vécu religieux et du non religieux.
À la suite de Ursula King « il devient particulièrement urgent de nous demander ce que nous pouvons apprendre les uns des autres; comment faire servir les abondantes ressources des différentes traditions religieuses ( ou non religieuses) au bien de la communauté humaine plutôt que sa destruction » ( page 76).
Bref, ce débat aurait dû nous conduire vers une prise de responsabilité globale pour changer le monde ensemble. Nous ne sommes pas seulement responsables de notre personne et de notre voisin immédiat. En tant qu’espèce en évolution sur le plan moral et spirituel, nous portons ensemble la responsabilité de tous les habitants de la planète. Et ceci dans le domaine religieux comme en laïcité.

Gilles Pilette
Membre sympathisant de Pax christi Montréal

Guide sur le droit international et les enfants dans les conflits armés


Communiqué


Montréal, 1er octobre 2010
Le droit international est-il en mesure de répondre aux défis pratiques de la protection effective des droits de l’enfant dans les conflits armés aujourd’hui? Une conférence sur ce thème a eu lieu le 30 septembre 2010, à Montréal (Canada), sous les auspices de la Chaire Hans et Tamar Oppenheimer en droit international public (Université McGill) en collaboration avec le Bureau International des droits des enfants (BIDE / IBCR). À cette occasion, le BIDE a lancé une nouvelle édition du volume Les enfants dans les conflits armés. Un guide en matière de droit international humanitaire et de droit international des droits de la personne. Après un survol des lois et des développements législatifs visant la protection des enfants touchés par les conflits armés – et pas seulement des enfants soldats – ce guide aborde les divers problèmes auxquels font face ces enfants. Parmi les annexes on trouve un lexique fort utile qui définit les termes et les concepts relatifs à cette problématique. Pax Christi Montréal était représenté au lancement de ce guide, publié en français et en anglais, qu’on peut télécharger gratuitement en communiquant avec le site http://www.ibcr.org/.

- 30 -

Renseignements
Gisèle Turcot, secrétaire
Pax Christi Montréal : antennesdepaix@gmail.com

26 septembre 2010

Conférence sur la paix à St-Arsène, Montréal

Le 12 Septembre, M. Ricardo Mendoza a été l'invité spécial pour parler de la semaine de reconciliation et paix en Colombie au moment de la célébration dominicale de la communauté latinoaméricaine à la paroisse St-Arsène. Il a été chaleureusement applaudi à la fin de son intervention.Après la messe, les membres d'Antennes de paix à Montréal (Pax Christi - Montréal) on eu occasion de parler avec plusieurs membres de la communauté.

















Si nous voulons la paix et la réconciliation en Colombie nous devons offrir une réparation intégrale aux victimes du conflit armé. Réparer, c’est rendre la dignité aux victimes, faciliter leur intégration sociale, économique et politique, c’est aussi rendre la dignité à l’ensemble de la société en récupérant collectivement le droit de construire un avenir meilleur.
Réparer, c’est donner une réponse aux questions lancinantes des familles des disparus : où sont-ils? qu’est-ce qu’on leur a fait subir? qui l’a fait? Et face aux familles assassinées, torturées ou déplacées : qui a donné des ordres? pourquoi tout cela? dans l’intérêt de qui?
Réparer ne veut pas dire oublier. Au contraire, réparer signifie reconnaître et récupérer les peines individuelles et collectives, donner l’assurance que ces souffrances sont bien réelles et qu’on peut
les exprimer. Réparer donne le droit de vivre le processus de deuil, d’offrir une sépulture digne, de pouvoir visiter les tombes des familles assassinées et de rendre hommage à ceux et celles qui ont été sacrifiés. Réparer, c’est pouvoir revoir sa terre, sa rue, son village si on le désire.
Réparer, c’est garantir la protection et la sécurité aux victimes. Réparer c’est créer les conditions pour voir la fin de cette longue histoire d’horreurs et de morts et ne jamais répéter des actions aussi pénibles. Réparer, c’est fortifier le tissu social, la démocratie locale et la participation des victimes aux décisions qui les concernent. Réparer, c’est jouir pleinement de tous les droits humains et pouvoir vivre en paix.
La réparation rendra possible un avenir sécuritaire pour reconstruire les familles et les liens d’amitié, rompre avec la peur, vaincre l’oubli, récupérer la mémoire, le territoire et l’espérance.

2 juin 2010

Bande de Gaza

Voici une lettre de la secrétaire générale de Pax Christi International:

To H.E. Avigdor Lieberman
Foreign Minister
Brussels, 22 April 2010

Dear Mr. Lieberman,

The Israeli-Palestinian conflict has been the main focus of Pax Christi International for many years. In conjunction with Israeli and Palestinian peace and human rights groups, we have participated in activities aimed at bringing an end to this tragic conflict. We are convinced that a just peace under the rule of law is the best solution for ensuring the well-being and security of both the Israeli and Palestinian people.
In the spirit of our commitment to peace in Israel and Palestine, we would like to bring a grave concern to your attention. Recently the Israeli military has issued an amendment to an order, effective as of 13 April 2010, that will categorise tens of thousands of Palestinians living in the
West Bank as “infiltrators”. The order is a flagrant display of injustice and will reduce thousands of people to “illegal aliens” in their own homes. It will also confine Palestinians to their villages and further sever them from vital economic, health, education, and social centres.
Palestinians found in contravention of the order could be subject to almost immediate deportation or jail terms of up to seven years. This order is in direct violation of the fourth Geneva Convention on Civil and Political Rights. Israel is party to this convention that prohibits “individual or mass forcible transfers, as well as
deportations of protected persons from occupied territory to the territory of the occupying power or to that of any other country.... regardless of their motive.”
As an organisation defending human rights and the rule of law, Pax Christi International condemns this grave injustice in the strongest possible terms and strongly urges the Israeli government to adhere to its self declared commitment to the fourth Geneva Convention and to
revoke this order swiftly. As long as our pleas fall on deaf ears there can be little hope for overcoming the gaping chasm between Israelis and Palestinians. As long as injustice and impunity remain pervasive in Israel and Palestine, there is no hope for a lasting peace.

Yours sincerely,
Claudette Werleigh,
Secretary General

2010-0268-en-me-HR

29 mai 2010

Assemblée générale 2010


Hier les membres d'Antennes de paix ont organisé leur Assemblée générale 2010. Entre autre chose, il a été confirmé que le groupe est officiellement accepté en tant que groupe local de Pax Christi.

Voici les participant(e)s

1 mars 2010

Projet conjoint Commissariat de Terre Sainte au Canada et Antennes de paix à Montréal

INTRODUCTION PASTORALE
Le Commissariat de Terre Sainte au Canada et Antennes de paix à Montréal offrent aux prêtres et aux responsables de communautés chrétiennes du pays le texte d’un Chemin de croix sur la paix. La méditation proposée, en cette année 2010, doit beaucoup au pèlerinage de paix que Benoît XVI a vécu en Terre sainte du 8 au 15 mai 2009. Elle s’inspire aussi de deux de ses messages donnés à l’Église à l’occasion de la Journée mondiale de prière pour la paix, le premier janvier de chaque année.
Ce Chemin de croix : chemin de paix est conçu en vue d’un usage pastoral lors des rassemblements de prière des paroisses et des groupes le Vendredi saint ou durant les Marches du pardon en plusieurs villes du Canada. Il peut être repris, en cours d’année, pour l’animation de rassemblements où l’on souhaite vivre un Chemin de croix. Il se présente aussi comme une méditation personnelle.
Le texte proposé est un itinéraire pour qui cherche à unifier les défis de paix ressentis avec intensité par plusieurs membres des communautés chrétiennes à travers le pays. Le parcours de Jésus, durant sa Passion, peut inspirer les communautés à faire le lien entre ce qui est vécu dans le monde et ce que Jésus a souffert avec tant de patience et de dignité.

Pour voir tous les stations: cliquez ici